300 Bouteilles de Champagne Thierry Mercuzot sorties du lac après 11 mois

Le 2 juin dernier une palette de 300 bouteilles de Champagne Thierry Mercuzot a été remontée à la surface. Ces bouteilles sont restées près de 11 mois, plongées à plus de 18m de profondeur dans une eau à 11,5 degrés du lac du Bourget, en Savoie.

« C’est la première fois que je tente cette expérience, j’ai vu que des collègues faisaient ça dans la mer. Comme j’adore cette région, j’ai tout de suite fait la démarche pour savoir si je pouvais le faire. Ça se fait beaucoup avec le vin de Savoie, mais je voulais savoir ce que ça pouvait faire avec du champagne. »

La palette de près de 450 kilos a été remontée à la surface par des plongeurs.

« Il y a trois semaines, on est venus repérer où était la palette. L’inquiétude qu’avaient les plongeurs, c’est que la palette se soit envasée. Pour la sortir ça aurait été vraiment compliqué. »

La palette était presque intacte, seulement quelques coquillages et des algues recouvraient les bouteilles.

Une évolution plus marquée

Au premier coup d’œil, la différence se fait déjà ressentir.
Pour aller au bout de l’expérience, le vigneron a laissé mûrir des bouteilles de champagne dans sa cave à Essoyes dans l’Aube, pendant 11 mois. Aujourd’hui, c’est Philippe Talbot, le sommelier qui est chargé de déguster et de comparer :
“C’est une expérience, une découverte complète, on n’avait pas d’à priori sur le résultat. Mais c’est une très bonne surprise. Le champagne qui a passé un an dans l’eau a plus d’intensité, plus de rondeur comme s’il avait évolué un peu plus vite, constate le sommelier. C’est normal, il s’est passé des choses, il y a eu le transport, les changements de températures dans le lac. Il a plus de vécu.”

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *